9 conseils pour devenir un manager responsable

Temps de lecture : 5 minutes

 

Cet article reprend les points importants de la fiche INRS sur les risques psychosociaux, particulièrement bien réalisée et pertinente sur le sujet. Il s’avère que les 9 conseils présentés correspondent parfaitement aux valeurs et aux comportements qui sont prônés dans la plupart des articles de ce blog, et dont le but est de promouvoir un management humain, moderne et responsable.

Il n’y a donc pas de secret !

 

1. Donnez du sens au travail

Il n’y a rien de pire que de ne pas savoir pourquoi on passe son temps à réaliser des tâches les unes après les autres, sans valorisation de ses efforts effectués. L’être humain cherche à s’épanouir dans son travail quotidien, et donc se voir réduit à une simple force de travail ou une plus-value économique ne motive pas très longtemps. Certes le salaire peut être un aboutissement en soi, et il est parfois la seule justification des heures quotidiennes passées dans son environnement professionnel. Cependant, vous obtiendrez bien plus de vos collaborateurs si vous créez d’une part un esprit d’équipe, et si d’autre part vous partagez avec eux une vision et des objectifs qui transcendent un quotidien répétitif et monotone.

 

2. Soutenez vos collaborateurs

Dans la continuité des conseils précédent, l’écoute et l’attention pour les personnes qui nous entourent doivent devenir des réflexes. Vous pourrez croiser les signaux faibles provenant de votre environnement et vous anticiperez mieux les situations à venir. Pour avoir malheureusement connu plusieurs cas de suicides, la phrase qui revient généralement est : “rien n’aurait laissé penser que…”

Le management est avant tout la création d’une relation humaine, développons-là !

 

3. Témoignez de la reconnaissance

Revenons encore une fois à l’hypothèse de base n°1 : les individus s’identifient et se révèlent dans leur travail. Donc reconnaître leurs qualités et leurs réalisations les confortent dans l’image positive qu’ils ont d’eux-mêmes et ils seront d’autant plus motivés pour multiplier les efforts en ce sens ! Cela pousse aussi leurs collègues à s’investir, et tous s’inscrivent dans une démarche positive. Souvent en tant que chef, la difficulté est de n’oublier personne : faites des listes et préparez vos discours.

 

 

4. Evaluez la charge de travail

En partant du principe que les individus se révèlent dans leur travail, il est naturel qu’ils essaient de le réaliser le mieux possible (c’est vrai pour une grande majorité des gens et autant que possible). Donc par principe ils s’investiront dans les tâches que vous leur donnez.

Si vous n’évaluez pas la quantité de travail donnée et surchargez certains de vos collaborateurs, même sans volonté de nuire, vous allez à l’encontre de problèmes. En premier lieu, ils risquent de ne pas réaliser les tâches demandées, en quantité ou en qualité, ce qui vous pénalise aussi finalement. D’autre part, le risque existe pour certains d’un lent glissement vers un état de stress permanent. L’échappatoire consiste généralement en l’élaboration de stratégies d’évitement (de vous ou du travail) : “je n’ai pas eu le temps”, “je n’avais pas compris”, “je croyais que c’était à elle/lui de le faire”, “cela en fait pas partie de mes tâches”, “on se connait?”, …

 

5. Donnez de l’autonomie à vos salariés

Cette question est abordée dans un autre article sur le style de management, et en particulier le degré d’autonomie que vous pouvez laisser en fonction de la maturité du collaborateur. De façon générale il en faut pas brider les personnes. Cependant, il est parfois nécessaire d’être précis dans la réalisation des tâches, quand le collaborateur a peu d’expérience ou quand la tâche fait partie d’une ensemble plus large qu’il est nécessaire de coordonner. Néanmoins, le manager se doit de développer les compétences et le degré d’autonomie de ses collègues, c’est un processus gagnant-gagnant.

 

6. Agissez face aux agressions externes

Il est essentiel d’intervenir et de prévenir toute forme de violence ou d’agression qu’elle soit interne comme externe. Le lieu de travail doit être un lieu de sérénité propice à la communication et à la création. Aucune grande réalisation ne s’est construite sur un modèle social d’agression ou de violence. De nombreux moyens existent pour baisser les tensions et protéger vos collaborateurs (communication, moyens physiques ou légaux). N’hésitez pas à afficher une réponse claire et sans équivoque à toute forme d’agression, ou vous perdrez la confiance de vos équipes.

 

 

7. Communiquez sur les changements

Le changement est nécessaire, salutaire voire permanent dans certains secteurs d’activité. Certains s’y adaptent facilement voire naturellement, mais ce n’est pas le cas de tous, et de façon générale il faut avouer que nous n’aimons pas trop le changement. Quand nous sommes initiateur du changement, nous râlons volontiers contre ceux qui en souhaitent pas s’adapter. Mais quand le changement s’impose à nous, avouons que nous ne souhaitons pas toujours nous y mettre (et oui, j’avoue !). Accompagner le changement est très important, et nécessite beaucoup de communication et d’explication. C’est une discipline à part entière (voir cet article). Au minimum, il vous faudra l’anticiper, l’expliquer et vous rendre disponible pour l’accompagner.

 

8. Facilitez la conciliation entre travail et vie privée

En tant que manager vous possédez un pouvoir d’autorité légitime qui dépasse parfois ce que vous imaginez. Quand vous suggérez quelque chose, cela devient un ordre, et quand vous pensez à voix haute, cela devient une forte incitation. Ne forcez pas vos collaborateurs à négliger leur vie privée, même si vous pensez qu’ils ont toute latitude pour refuser toute intrusion. Ce n’est pas vrai, la psychologie humaine suppose qu’ils auront beaucoup de mal à s’y opposer. La vie professionnelle doit se placer en bon équilibre avec les vies familiales et privées, c’est la condition indispensable pour tenir sur le long terme. Les pics d’activités sont évidemment inévitables, mais doivent rester passagers. Ou bien vous êtes en train de diriger une équipe de ninjas insensibles à tout, mais cela sort de notre cadre et de l’hypothèse générale. 

Il faut savoir que dans certaines cultures, il est très mal vu de rester travailler après les heures prévues. Cela dénote une négligence de sa vie familiale, une mauvaise organisation ou le besoin de cacher quelque chose. Les moines soldats ne sont ainsi pas toujours les employés idéaux, car ils sortent du cadre normal de la société.

 

9. Bannissez toute forme de violence

Comme déjà exprimé dans le point 6 ci-dessus, intervenez immédiatement et ne laissez pas penser que l’agression ou la compétition effrénée puisse constituer un régime de fonctionnement normal. Créez une ambiance saine de collaboration collective (autant que possible), la coopération est bien plus efficace que la compétition interne sur le long terme. N’oubliez pas que votre personnel est votre plus grande richesse !

 

Voilà donc 9 points à respecter pour réduire le stress au sein de votre structure et devenir un chef et un manager responsable. Si vous souhaitez mener et développer vos troupes sur le long terme, et quel que soit le secteur d’activité, ces règles s’appliqueront toujours.

 

J’espère que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à commenter et partager avec ceux ou celles qui pourraient être intéressés.

Merci encore de faire partie de nos lecteurs et à très bientôt !

-- Suivez-nous, abonnez-vous et faites passer ! --

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
FACEBOOK
Pinterest
SOCIALICON