Les 7 types de pouvoirs

Temps de lecture : 4 minutes

Rien à voir avec les X-men, ces pouvoirs-là ne vous permettront pas de lancer des rayons avec les yeux ! Néanmoins, ils définissent des positions privilégiées qui permettent d’exploiter une certaine influence sur un groupe, que ce soit en milieu professionnel ou dans n’importe quel type d’assemblée.

Il en existe différentes types et il est possible de les regrouper en plusieurs catégories.

Les pouvoirs formels

Il s’agit des positions de pouvoir officielles et « fournies » par l’organisation ou le groupe.

On en distingue trois :

  1. Le pouvoir de coercition : c’est évidemment l’un des premiers auquel nous pensons spontanément, il s’agit du pouvoir d’infliger une sanction ou une punition aux autres, voire une menace physique (évidemment, peu d’entreprises utilisent encore les coups de fouet comme instrument de motivation).

  1. Le pouvoir de récompense : c’est le pendant du premier, et en fonction des organisations ils ne sont pas forcément confondus. C’est assez clairement la possibilité d’évaluer positivement une personne ou lui fournir une récompense financière ou en nature.

  1. Le pouvoir légitime : il est ici question de votre chef. Il est détenu par l’autorité formelle au sein de l’organisation. Dans les familles, il peut se manifester de façon moins formelle dans les mains du patriarche ou de la « mamma »… jusqu’à que celui-ci (ou celle-ci) décline. Ou jusqu’à ce que la progéniture ne l’accepte plus, ce qui donne généralement des repas de famille animés (ou plus aucun !). Dans les groupes informels (bandes de copains, certaines associations), il n’existe parfois pas, ce qui peut entraîner d’incessantes joutes oratoires pour savoir qui aura le dernier mot ou qui influera les autres. Certaines organisations opérationnelles comme l’armée ou les pompiers ont élaboré des principes simples et rapides pour que tout le monde puisse trouver un chef quoi qu’il arrive. En effet, dans certaines situations d’urgence, il est indispensable de pouvoir rester organisé vite et bien.

Les pouvoirs personnels

Ce sont des positions de pouvoir intrinsèquement attachées à la personne, visibles ou invisibles, et qui peuvent se développer.

  1. Le pouvoir de l’expertise : il s’agit de celui qui connaît, par les compétences dont il a déjà fait preuve, par les diplômes qu’il affiche, ou parce qu’il se présente comme tel et est accepté ainsi. Dans un groupe, il peut aussi être tout simplement le moins mauvais de tous dans la matière considérée (ou souvent le plus convaincant).

  1. Le pouvoir de l’exemple (ou du référent). L’exemple, c’est la personne que l’on va admirer ou respecter pour le rôle qu’elle tient par rapport aux autres, ce qu’elle représente ou le charisme qu’elle affiche. Celle qui montrera toujours de bonnes intentions ou des qualités particulières. C’est l’ancien vénérable, le travailleur respecté ou la star de cinéma. C’est clairement quelqu’un qui dispose d’un fort statut, et à qui on aimerait ressembler d’une manière ou d’une autre.

Les pouvoirs informels :

Ne seront abordés que les deux qui suivent. En effet, il est possible d’en distinguer bien d’autres. Les pouvoirs informels ne sont d’ailleurs pas toujours listés dans les ouvrages de management et sont parfois combinés avec les premiers pouvoirs cités (à tort selon moi).

  1. Le pouvoir informationnel : qui n’est jamais tombé sur quelqu’un qui pratique la rétention d’information pour son profit personnel ? L’information est capitale pour la survie de l’espèce, et c’est aussi une des motivations des pauses café. Certains le comprennent bien et profitent de leur situation pour distiller l’information à leur rythme, comme si elles étaient assises sur un trésor à conserver jalousement ! Elles n’ont malheureusement pas compris que l’information est un bien qui se multiplie quand il est partagé ! Certes, toute information n’est pas bonne à diffuser, mais cela reste assez rare et concerne surtout les données personnelles, stratégiques, ou de propriété intellectuelle. Généralement, les sociétés souffrent plus de manque de communication que de trop se parler.
  1. Le pouvoir écologique (dans le sens de l’intervention sur le milieu) : il s’agit par exemple du service informatique qui est censé vous installer un logiciel capital pour votre activité, mais qui tarde à vous le fournir. Ou de la personne qui procure les véhicules de service (et qui vous fournit toujours cette veille guimbarde dont la courroie fait un bruit d’enfer). Ou celle qui doit s’occuper du nettoyage de la salle de réunion, et que vous attendez avant cette réunion très importante dont vous avez la charge. C’est un pouvoir qui s’étend avec la sous-traitance des activités non stratégiques pour l’entreprise, ce qui crée une multiplicité d’acteurs censés vous assister pour réaliser vos activités principales.

Le fait d’être dans une position de pouvoir n’implique pas directement une possibilité d’influence. Néanmoins ces positions définissent un certain pouvoir de « nuisance », dont certaines personnes peuvent abuser pour empêcher ou ralentir d’autres actions. Sans pour autant nécessairement procurer une faculté positive d’orienter l’organisation vers un objectif particulier. Il est toujours plus facile de freiner que de motiver tout le monde vers un but commun !

Outre le pouvoir, il existe aussi les notions d’autorité, plus formelle, de statut, acquis par certaines personnes au sein d’un groupe, ou encore le leadership exercé dans certaines situations. Le leadership est la capacité d’une personne à influencer un groupe vers un objectif. Le statut d’un individu au sein d’un groupe détermine sa position par rapport aux autres, à quel point elle peut faire changer les avis, contribuer aux objectifs du groupe, ou celle qui possède des compétences particulières. Certes ces notions (autorité, statut, leadership, pouvoir) se recoupent généralement, car il est difficile d’être un leader efficace sans un minimum de statut, et sans exploiter une position de pouvoir, voire d’autorité, mais elles ne sont pas confondues.

Voilà donc une description rapide des différentes positions de pouvoir dans les organisations. Pour développer les notions d’autorité et découvrir les limites de l’être humain en la matière, rendez-vous ici.

N’hésitez pas à partager ce site avec ceux ou celles qui pourraient être intéressé(e)s.

Merci encore de faire partie de nos lecteurs et à très bientôt !

-- Suivez-nous, abonnez-vous et faites passer ! --

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
FACEBOOK
Pinterest
SOCIALICON